2019, la fin des crédits immobiliers à taux bas ?

taux de credit immobilier

Ces dernières années ont été marquées par des taux de crédit immobilier particulièrement bas, favorisant de nombreux actes d’investissement dans la pierre. Il semblerait selon un bon nombre d’experts que 2019 amorce un changement dans cette dynamique, et marque le démarrage d’une hausse des taux. Quelles sont les raisons de cette tendance ?

Une hausse très légère

  Avant toute chose, il est important de noter que la hausse de crédit immobilier annoncée par les experts est très légère : si vous avez des projets d’investissement immobilier, vous ne devez pas vous inquiéter outre mesure ; vous pourrez contracter un crédit immobilier dans des conditions financières qui resteront raisonnables.

Il n’en demeure pas moins qu’une hausse des taux est annoncée ; et différentes causes essentiellement macro-économiques expliquent cette tendance.

La BCE et la FED, des acteurs d’influence

Le Président de la FED, Jérôme Powell, a indiqué une remontée d’un quart de point des taux d’emprunts de la banque centrale américaine.

Les particuliers ne se sentent pas concernés par cette information et l’ignorent en général ; c’est pourtant cet organisme ainsi que la BCE (Banque Centrale Européenne) qui déterminent au bout du compte le taux de leur crédit immobilier.

En effet, la Fed et la BCE proposent aux banques des prêts à des taux plus ou moins intéressants, ce qui va par ricochet permettre aux établissements bancaires de proposer ou non des taux de crédit immobilier ou à la consommation très accessibles aux particuliers.

Après la crise de 2008, la Fed et la BCE ont proposé aux banques des taux de crédit à 0%, dans l’objectif de relancer l’économie et de permettre au plus grand nombre de contracter un crédit immobilier à des taux particulièrement attractifs.

Cette démarche de prêt à 0% a été couplée avec un rachat massif des dettes publiques et privées par ces deux organismes, ce qui a permis notamment à la France de s’endetter pour rien ou presque.

Conséquence directe : la possibilité offerte par les banques à leurs adhérents d’emprunter à taux particulièrement bas ; ainsi, en 2018, des courtiers comme Vousfinancer.com permettent de contracter un crédit immobilier de 150 000€ sur 15 ans à moins de 1,4% hors assurance.

Vers la fin de la fête ?

Cependant, certains signaux indiquent que nous arrivons au bout de cette période d’ouverture des vannes ; en effet, un léger retour de l’inflation incite la Fed et la BCE à remonter les taux des emprunts contractés par les banques, ce qui va nécessairement avoir une répercussion directe sur le taux de crédit immobilier de chacun.

La Fed a déjà amorcé la tendance aux Etats Unis, où la hausse du crédit immobilier a légèrement augmenté en 2018 sans réelle conséquence majeure sur les achats immobiliers réalisés cette année.

La tendance devrait suivre en Europe, avec beaucoup de prudence néanmoins ; Mario Draghi, président de la BCE, n’envisage à priori pas de remontée des taux avant l’été 2019. De quoi emprunter à des taux très compétitifs pendant au moins six mois encore.

A noter que le Gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a incité fortement la BCE à ne pas emprunter aveuglément la direction de la Fed mais à « suivre son propre chemin ».

Si vous souhaitez vous renseigner plus en détails, vous pourrez obtenir de nombreux renseignements supplémentaires sur les crédits  immobiliers sur le blog www.immoz.info.